Marie-Paule Jung

Archéologue. Diplômée de l’Ecole du Louvre, elle y a suivit l’enseignement d’égyptologie et effectué des recherches sur les restaurations antiques de statues dans le cadre de travaux de master. Au cours d’un séjour de neuf mois au Centre Franco-Egyptien d’Etude des Temples de Karnak en Egypte, en 2013, elle a collaboré aux projets de relevé épigraphique et d’indexation des textes hiéroglyphiques.
Elle a par la suite intégré le master professionnel « Métiers de l’archéologie » à l’Université de Nantes et participé à des fouilles archéologiques programmées et préventives en France, sur des sites de périodes variées.
Volontaire Internationale chargée de coordination technique à la SFDAS depuis juin 2016, elle y est notamment en charge de la gestion des projets français du programme de coopération archéologique soudano-qatari (QSAP).

Archaeologist. Graduated from the Louvre School where she followed the egyptology teaching and focused on the restauration of statues during pharaonic times for her master’s thesis. In 2013, during a nine months stay in the Centre Franco-Egyptien d’Etude des Temples de Karnak in Egypt, she contributed to the global index project of Karnak temples inscriptions.
She also followed the professionnal master courses « Métier de l’archéologie » at the Nantes University and participated in several excavations related to various occupation periods in France.
She is an international volunteer for the SFDAS/French Unit since june 2016, dedicated to the Qatar-Sudan Archaeological Project (QSAP).

Dernières publications

Palais et grandes demeures du royaume de Méroé

Marc MAILLOT, Paris, Editions PUPS/SFDAS, 2016. Deux volumes sous coffret, 64 euros. ISBN 979-1-02310-536-0

Les coutumes funéraires dans le royaume de Méroé

Vincent FRANCIGNY Paris, Éditions de Boccard, 2017 ISSN 2101-3195 - ISBN 978-2-7018-0520-7

Histoire et civilisations du Soudan

Les pyramides de Méroé ont fait rêver des générations de voyageurs, mais le Soudan dont elles sont l’emblème reste largement inconnu. D’où cette œuvre encyclopédique, première (...)